Le projet Skool est présentement en développement. Il consiste à mettre sur pied différents types de formations spécialisées en affaires électroniques pour favoriser le développement et l'adoption des TIC dans vos organisations.
Osmose Interactif inc. /

Blogue

Suivez-nous sur les médias sociaux

Twitter Facebook YouTube

Rétrospective Mars 2010

Je ne sais pas pour vous, mais de mon coté, je n’ai pas vu le mois de mars passé! Un exemple typique du catch-22 du bootstrapping.

Le Catch-22 du BootStrapping

Beaucoup d’entrepreneurs technologiques disent que ce n’est pas nécessaire de lever des fonds et que c’est mieux de bootstrapper votre startup considérant les coûts très faibles. Autrement dit, vous offrez des services et vous financez vos activités de développement de produits avec vos profits de la « division » services.

Par exemple, FogCreek Software à démaré en offrant des services de développement de logiciel à contrat et ont utilisé les fonds générés pour développer FogBugz.

37signals en fait d’ailleurs mention dans leur nouveau livre, disant que de prendre des investisseurs est leur plan Z (pourtant, Jeff Bezos n’a-t-il pas investi dans leur entreprise?).

Et c’est un peu le même principe pour Osmose Intéractif. Nous offrons des services de développement de sites web et du conseil en affaires électroniques et du support technique et milles autres services (on est en Gaspésie, il ne faut pas être trop regardant).

Sauf qu’il y a un problème avec le bootstrapping.

Winston, un produit que je souhaite développer, vise l’industrie touristique. C’est un « agent de voyage virtuel » qui peut s’intégrer à un site web promotionnel comme celui d’une ATR par exemple.

Par conséquent, ce produit doit être lancé pendant l’hiver afin que les clients puissent l’intégrer à leur site web avant la période de planification vacances qui se déroule généralement de mars à mai.

Et c’était mon objectif en janvier : lever des fonds (ou trouver un client #1 qui pourrait payer une partie du développement) pour me permettre de consacrer 100% de mon temps au développement et au fit « produit-marché » de ce produit pendant les premiers mois de 2010. 

Long story short, ça n’a pas marché. Et je me suis retrouvé obligé de continuer à prendre des contrats de développement web ce qui m’a empêché de mettre le temps nécessaire au développement du logiciel.  

Résultat : Winston n’est pas prêt. Winston est sur la glace.

Et c’est ça le catch 22 du bootstrapping : parfois il faut mettre 100% de votre temps dans quelque chose pour que ça avance et si vous avez 7-8 clients qui veulent autre chose en même temps, vous vous retrouvez avec une décision difficile. Investir votre temps et votre argent dans un projet incertain ou être certain de recevoir un montant précis pour une quantité de travail précise.

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est que j’ai terminé presque tous mes mandats clients et que j’ai commencé à réduire mes engagements pour le futur. Je vais bientôt faire le saut et travailler à temps plein sur le développement des produits pour quelques mois.

Je me dis qu’à un certain stade, je vais simplement devoir arrêter d’attendre que le timming soit parfait et que le financement soit là et que toutes les conditions soient réunies et juste faire ce que je veux faire avec ce que j’ai comme ressources.

Tests en situation d’usage réel, Proximag

Du coté de Proximag, c’est une autre histoire. Le développement du logiciel avance rapidement et il est présentement en opération pour le RésoBio. Presque tout est fonctionnel, les clients passent leurs commandes en ligne et l’interface de l’administration à été améliorée grandement. Les commentaires par rapport à l’ergonomie et à l’utilité du logiciel sont très positifs ce qui m’encourage à poursuivre le développement et me démontre que le logiciel répond à un besoin pour la clientèle cible.

Reste un peu de travail au niveau du calcul des commissions et un resserement des droits utilisateurs et il sera prêt à être ouvert à tout le monde.

Aussi, les bénéfices du logiciel commencent à se préciser.

Par exemple, le module inventaire ne sert absolument à rien et ne fera pas partie du logiciel. Dans le fond, quand on y pense, si vous êtes en mesure de produire ce que vous vendez, quand vous savez que vous allez en manquer, qu’est-ce que vous faites? Vous en produisez plus. Et si vous ne pouvez pas en produire à court terme (par exemple dans le cas des légumes qui sont récoltés une fois par année), lorsque vous n’en avez plus, vous allez simplement arrêter d’offrir le produit aux gens. Alors, pas vraiment besoin d’un module qui fait le suivi de l’inventaire.

Objectif Avril

L’objectif pour avril est de terminer les mandats clients et de terminer ce qu’il manque pour ouvrir Proximag. 

Je vous souhaites un excellent mois d’avril et joyeuses pâques!

André-F.

Publié le par André-F. Landry | Posted in Nouvelles d'Osmose | Un commentaire

Catégories